La Compagnie du rêve s’installe à Paris pour présenter son spectacle sur l’extraordinaire Hildegarde de Bingen, qui à bien des égards, apparaît comme l’une des des figures tutélaires de l’écologie intégrale. Le spectacle se tient du 21 au 23 janvier en l’Eglise Saint-Germain-des-Prés (infos et réservations : spectaclehildegarde@gmail.com, 06 98 82 33 65) puis dans la Crypte Notre-Dame-des-Champs du 19 au 23 février. Marie-Cécile du Manoir, comédienne et metteur en scène, a répondu à nos questions.

Qui était Hildegarde de Bingen ?

Hildegarde de Bingen est une bénédictine du 12ième siècle, docteur de l’église. On pourrait aussi dire une grande artiste.

C’est une femme « conscience de son siècle » : abbesse rebelle de Bingen, elle joue un rôle de premier plan dans la politique de son temps: inspiratrice des grands hommes, elle n’hésite pas à remettre en place les gouverneurs de ce monde quand le besoin s’en fait sentir, qu’ils soient empereurs ou papes.

Elle  prêche des retraites dans toute l’Europe.  Elle écrit et prodigue des conseils sur tout ce qui peut concerner le bien des personnes, et particulièrement l’alimentation, la spiritualité, le rapport au monde, à soi-même, et ce que nous pourrions appeler aujourd’hui la psychologie.

Pourquoi faire un spectacle sur une moniale du XIe siècle ?

Nous citerons Pierre Dumoulin : « Hildegarde est précurseur du personnalisme avec une vision intégrale de l’homme : elle propose une vision de l’homme comme « personne », en qui corps, âme et esprit forment une seule identité. Elle rappelle en permanence l’interdépendance entre les différents niveaux de l’être. Aujourd’hui, on cherche à fabriquer du vivant artificiel sans repères éthiques et au risque de dénaturer l’homme à jamais.  Parallèlement, on redécouvre l’importance d’une alimentation saine pour le bien-être de la personne, mais aussi la nécessité, pour la santé, d’un équilibre psychologique, d’un travail régulier, etc… évitant ainsi de cloisonner la personne dans l’une ou l’autre de ses dimensions.(…)Hildegarde va encore plus loin en décelant les influences bénéfiques ou négatives de l’âme sur le corps . »

Beaucoup de gens qui suivent ses conseils témoignent qu’ils vont mieux dans leur corps, dans leur esprit, dans leur âme. Plusieurs médecins nutritionnistes ou psychiatres étudient ses travaux, dont la valeur est attestée par des études scientifiques poussées.

Votre spectacle fait place à plusieurs modes d’expressions artistique, pourquoi ?

Parce que Hildegarde est une artiste éclectique. Elle a composé des chants magnifiques, elle a peint des

Aperçu du spectacle, qui fait appel à tous les sens.

Aperçu du spectacle, qui fait appel à tous les sens.

enluminures à partirde ses visions, elle faisait danser ses moniales les jours de fête. Elle inventait des recettes délicieuses, odorantes et médicinales. Elle s’intéressait à tout ce que la nature peut offrir. Elle avait son regard ouvert sur le monde terrestre, cosmique, céleste.

Nous voulons proposer une approche artistique de la pensée et de l’œuvre de Hildegarde. Nous voulons permettre aux spectateurs de s’émerveiller en goûtant avec tous leurs sens la signification de cette parole originale d’Hildegarde : « L’homme est la clôture des merveilles de Dieu. »

Pensez-vous qu’elle a quelque chose à nous dire sur la nécessité de la « conversion écologique » ?

Oui bien sûr. Nous citerons encore Pierre Dumoulin: « Hildegarde est un précurseur de l’écologie à condition que cette science soit animée par un réel amour de l’humanité et une prise de conscience de sa responsabilité vis-à-vis de l’univers tout entier. (…) C’est au cœur de l’homme que doit naître le sens écologique, par une prise de conscience de la mission confiée à l’homme par le Créateur et un sens de sa responsabilité vis-à-vis des générations à venir. (…) Hildegarde situe ainsi le besoin de délivrance de l’homme au sein d’un concept holistique mêlant étroitement la cosmologie, l’anthropologie et la théologie. (…) Elle ouvre les cœurs à une espérance et une confiance. »

Croyez-vous que Hildegarde puisse être une passerelle entre les chrétiens et les écologistes ?

Oui certainement par ce que je crois que chrétiens et écologistes peuvent dire avec Hildegarde :

« La création tout entière aspire à l’affection et l’amour, elle se tient au service de l’humanité et donne le meilleur d’elle-même généreusement, sans rien attendre en retour. »

Ils peuvent aussi entendre ensemble ces paroles de Jean Bastaire, un admirateur de Hildegarde de Bingen: « L’homme est ministre de l’univers remis entre ses mains. Il a charge de le gérer afin que l’univers engendre le fruit dont il est porteur pour l’éternité des siècles. Le consommateur dévore, il ne loue pas. La sobriété seule permet la louange. Il faut mettre en place une lutte farouche à l’intérieur de soi-même, une ascèse à la consommation, une sobriété heureuse, pour faire un bon usage du monde et répondre à l’attente de Dieu. Toute la révélation chrétienne est terreuse, incarnée, et promeut une terre de gloire. On ne se rapproche du ciel qu’en passant par la terre. Je crois en un salut cosmique. »

Pouvez-vous, pour conclure, donner à nos lecteurs trois bonnes raisons d’aller voir votre spectacle ?

1- Pour vous poser et vous reposer avec vos cinq sens pendant une heure,

2- pour émerveiller votre cœur d’enfant,

3- pour nourrir votre esprit d’une pensée originale et dense.

Gaultier Bès

Directeur-adjoint de la revue Limite
Agregé de Lettres et professeur de Français à Dreux