Admise à 19 ans au Salon de 1841, Rosa Bonheur fut la première peintre à recevoir la Légion d’honneur en 1865. Artiste inclassable, femme émancipée, pionnière dans de nombreux domaines, elle a donné ses lettres de noblesse au genre animalier. 

Une vie haute en couleurs 

Issue d’une famille modeste, Marie-Rosalie Bonheur reçoit, en 1848, sa première commande, un tableau agraire : ce sera Le Labourage nivernais, conservé au musée d’Orsay. Jusqu’en 1860, elle dirige, en remplacement de son père, l’École gratuite de dessin pour les jeunes filles. Les sujets que Rosa Bonheur aimait peindre l’obligeaient à arpenter les foires aux bestiaux et à monter à cheval pour visiter les campagnes et les fermes. Contrainte de revêtir des vêtements d’homme, elle devait régulièrement obtenir une « permission de travestissement » auprès de la préfecture de police (…).

[Il vous reste 80% à lire]

En arche (couverture)-minPour lire la suite de l’article, rendez-vous en ligne ou en librairie (liste des 250 points de vente).

En vous abonnant avant le 27 juin, vous pouvez également recevoir les quatre prochains numéros (à partir du n°11 à paraître en juillet) chez vous.

Jean-Mathias Sargologos

Jean-Mathias Sargologos

Correspondant montréalais de la Revue Limite
Jean-Mathias Sargologos

Les derniers articles par Jean-Mathias Sargologos (tout voir)