Qui compte, inventorie, observe, protège, les pieds dans la boue et les yeux au ciel, alouettes, tritons, bourdons et couleuvres? Des associations dont la plupart de nos concitoyens n’ont jamais entendu parler. Pourtant, la défense de la biodiversité est un enjeu politique vital qui doit impliquer la société tout entière.

Travail de pro, échec d’ampleur

Le test est classique chez les salariés de la LPO: ils doivent souvent développer l’acronyme de leur employeur. La « Ligue pour la Protection des Oiseaux », qui compte 50000 adhérents, couvre une bonne part du territoire mais reste largement méconnue. Il en va de même pour de nombreuses autres ONG locales (Picardie Nature, Groupe ornithologique de Normandie ou du Roussillon…) qui effectuent à leur échelle un travail semblable depuis 50 ou 60 ans. Leur rôle est pourtant crucial. à ces crapahuteurs, la collecte massive des données, le travail de protection au quotidien aussi.

(…)

[Il vous reste 80% à lire]

Pour lire la suite du treizième numéro de la revue Limite, rendez-vous en ligne ou en librairie (liste des 250 points de vente).

En vous abonnant avant le 20 mars, vous pouvez également recevoir les quatre prochains numéros (à partir du n°14 à paraître en avril) chez vous.

Johannes Herrmann

Ornithologue
Membre des associations Oeko-logia et Altercatho
Membre de la rédaction de Limite et auteur de La Vie oubliée (Première Partie)