Pierre-Yves Gomez, né en 1960, est un économiste engagé, fondateur des Parcours Zachée (« la Doctrine sociale de l’Eglise dans la vie quotidienne ») et co-initiateur du Courant pour une écologie humaine. Docteur en gestion, il enseigne la stratégie et la gouvernance d’entreprise à l’EM Lyon. À l’occasion de la publication de son dernier livre, Intelligence du tra­vail, Pierre-Yves Gomez nous a accordé cet entretien exceptionnel. Il nous invite à penser et à mettre en oeuvre une doctrine sociale alternative au néolibéralisme.

« Alors qu’on estimait les mouvements spéculatifs à 5 % des transactions boursières en 1974, ils en représentaient plus de 60 % à la veille de la crise de 2007 », écrivez-vous dans Le Travail invisible. Selon vous, finan­ciarisation de l’économie et capitalisme de rente sont les deux traits centraux de notre système économique. Pourquoi a-t-on tant de mal à en sortir ?

Je vois deux raisons. D’abord parce qu’il n’y a pas de crise financière. Il y a encore beaucoup d’argent sur les marchés, on peut s’y amuser à placer et faire encore des opérations juteuses. Tout le système peut exploser demain parce qu’il est hautement spéculatif mais, en lui-même, selon sa logique propre, il n’est pas en crise. Ce qui est en crise, c’est l’économie réelle, l’économie de la production. On peine à trouver des relais de croissance dans une économie qui est encore totalement soumise à la logique de la croissance à tout prix. La productivité stagne. Les innovations détruisent plus de valeur qu’elles n’en créent. C’est cela qui fait la crise réelle. Pas la finance. Donc les financiers continuent leur petit bonhomme de chemin…

Deuxième raison qui nous empêche de tirer les leçons du présent, il n’y a pas à proprement parler aujourd’hui de grand récit politique alternatif au capitalisme financiarisé. La tendance, pour les opposants, est de « jouer petit » : favoriser les initiatives locales, changer son voisinage, sa propre consommation. On l’a vu avec le succès du film Demain. Bien sûr, c’est nécessaire. Les transformations de la société se réalisent toujours dans et par la société elle-même. Néanmoins, ce n’est pas suffisant. La logique du système dépasse les singularités, elle fonctionne en référence à de grands récits idéologiques qui donnent de la cohérence aux actions et du pouvoir sur les autres à certains acteurs.

[…]

14570676_10210200036215575_1263103504872960464_oLa suite est à lire dans le quatrième numéro de la Revue Limite, en vente uniquement en librairie (liste des 250 points de vente).

Vous pouvez également vous abonner pour recevoir les prochains numéro (5, 6, 7 et 8) directement chez vous.

Johannes Herrmann

Ornithologue
Membre des associations Oeko-logia et Altercatho.