« La décroissance ? Vous n’y pensez pas, mon brave monsieur. C’est l’austérité, la récession, la
peste, le choléra ! Vous voulez appauvrir le pays et plonger les Français dans la misère ? L’écologie, c’est pour les bobos ! D’ailleurs, c’est pas le PIB qu’il faut baisser, c’est le chômage et la natalité ! » Bien, on arrête là et on reprend à zéro.

Rompre avec un système mortifère

La décroissance n’est pas la récession. L’austérité et la récession ne se conçoivent que dans une société ayant comme matrice la poursuite de la croissance infinie. La décroissance, c’est rompre avec cette matrice, c’est tourner le dos aux politiques imposant de se serrer la ceinture pour un but jamais atteint, c’est se libérer des impératifs du toujours plus, c’est redécouvrir toutes les dimensions de notre humanité étouffées par l’impératif de consommation pulsionnelle.

La suite dans le premier numéro de Limite !

Mahaut Herrmann

Journaliste indépendante
Collabore à La Vie
Membre de la rédaction de Limite